RUAULT S. (2023). Le spéculum, la canule et le miroir Avorter au MLAC, une histoire entre féminisme et médecine.

La promulgation de la loi relative à l’IVG en 1975 est un retournement majeur dans l’histoire des femmes : l’État parvient enfin à réguler la pratique abortive. Faisant de l’acte une prérogative exclusive des médecins, la « loi Veil » est un retour à l’ordre. Elle referme une phase d’appropriation revendiquée des savoirs abortifs par des femmes ordinaires. Comment expliquer que, à un moment de l’histoire où la maîtrise de l’avortement par le groupe social des femmes est à portée de main, cette possibilité tourne si rapidement court ?

Pour élucider cette énigme, Lucile Ruault enquête sur le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC), et en particulier sur l’action insoupçonnée de groupes dissidents ayant poursuivi la pratique des aspirations abortives jusqu’en 1984. En montrant que la constitution de l’avortement en question sanitaire a été l’enjeu de conflits, cette ethnographie historique tient ensemble la médicalisation de l’avortement et les résistances à ce processus par la pratique abortive profane, dans un sens féministe.

RUAULT S. (2023). Le spéculum, la canule et le miroir Avorter au MLAC, une histoire entre féminisme et médecine. ENS éditions. 



Citer ce billet
Louise Virole (2023, 6 octobre). RUAULT S. (2023). Le spéculum, la canule et le miroir Avorter au MLAC, une histoire entre féminisme et médecine. Sociologie de la santé. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ug00

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search