Les ficelles du dossier “Prescription médicale”, Genèses, 2022 /2 (n°127) – une interview de Joséphine Eberhart et Julia Legrand

Cette nouvelle rubrique du carnet intitulé “Les ficelles du dossier” propose de poursuivre la veille réalisée par les membres du bureau au sujet des parutions de dossiers de revues dans le champ de la santé, en donnant la parole à celles et ceux qui les ont fabriquées.

L’objectif des billets publiés ici est à la fois de présenter ces numéros mais aussi de revenir sur le travail, souvent invisible, que suppose la coordination de numéro, sur les relations avec les auteurs et les autrices et avec les revues. Donnez à voir les ficelles du dossier, c’est à la fois rendre visible tout le travail qui fait tenir un numéro, et c’est aussi les ficelles du métier de l’édition.

Comment est venue l’idée de ce numéro spécial ? Pourquoi avoir choisi cette revue ?

Julia : J’avais entendu parler de la soutenance de thèse de socio-histoire de Joséphine, qui portait sur la prescription d’antidouleurs. J’avais soutenu ma thèse de sociologie sur la prescription de médicaments en psychiatrie quelques mois avant, et je me suis dit que j’allais la contacter parce que les travaux de sciences sociales sur la question sont encore rares, et que je cherchais quelqu’un d’intéressé pour coordonner un dossier thématique dessus. 

Joséphine : On s’est échangé nos thèses et puis on s’est rencontré. Le contact est bien passé, et on a discuté de l’approche qu’on voulait adopter, de la revue qu’on visait, et des auteur.rice.s qu’on aimerait inviter à participer. On a choisi Genèses parce qu’on voulait adopter une approche pluridisciplinaire et donner une ampleur généraliste à cet objet. En plus nous savions que Genèses n’avait pas consacré de numéro thématique sur la santé depuis celui sur la médicalisation en 2011 ; nous nous sommes donc dit que cela pouvait intéresser la revue. 

Comment positionner ce numéro dans la production scientifique sur le sujet ?

L’enjeu était double. D’une part, la prescription médicale fait l’objet d’une littérature essentiellement américaine donc l’enjeu était de montrer que ce champ existe également en France, ou plutôt de montrer que des chercheurs et chercheuses travaillent sur ce thème en France et que même s’il s’agit d’un champ de recherche pluriel, il est tout de même possible de trouver une unité, un dénominateur commun entre des approches parfois très différentes. Nous voulions aussi montrer que ce thème soulève des enjeux plus larges que le champ de la santé, comme les rapports de pouvoir, les catégories savantes et profanes, le corps, etc. Par exemple, au fur et à mesure que le dossier se construisait, on a constaté qu’il permettait de questionner des éléments en lien avec la sociologie des professions ou du travail. Donc on s’est dit que le pari de confronter des questions de sociologie générale au domaine de la santé était plutôt réussi !

Comment avez-vous identifié et sélectionné les différents contributeurs et contributrices au dossier ? 

Il y a eu plusieurs périodes, étalées sur plusieurs mois. D’abord une phase de construction d’un argumentaire, qu’on a envoyé au comité de rédaction avec une petite note expliquant quel était selon nous l’intérêt de la démarche. On était ravie que Genèses soit intéressé à ce stade ! Ensuite on a contacté formellement les premier.ère.s auteur.rice.s auxquel.le.s on avait pensé pour proposer une première version de chaque article. Le plus difficile était de varier les approches, en proposant des contributions d’historiens, de sociologues, de politistes, etc. sans trop élargir le thème non plus, pour qu’il soit possible d’en donner un aperçu en un nombre limité d’articles. A ce titre, on a dû renoncer à notre idée initiale d’élargir la prescription à d’autres dispositifs que les médicaments, comme les tests diagnostics, voire à la prescription de sport, ou de conseils alimentaires. Ce qui a pris du temps c’est qu’il y a eu plusieurs salves d’évaluation, avec différent.e.s aut.eur.rice.s à chaque fois. Notre travail était de contacter des personnes, de relire les articles, de faire le lien avec le comité éditorial, et de recommencer. Cela suppose aussi de faire du soutien moral car pour les aut.eur.rice.s qui débutent dans la recherche, c’était quelquefois l’une des premières expériences de publication, et les remarques de relecteurs et relectrices peuvent parfois déstabiliser, pousser à des remises en question quant à sa place, sa légitimité voire la solidité de son travail.

A quelles difficultés avez-vous été confronté.e.s dans la conception de ce numéro ?

L’enjeu de ce dossier était de montrer l’intérêt de l’analyse sociologique sur un objet qui paraît à première vue très médical, en mettant à la fois en valeur les spécificités et la portée générale des analyses. Concrètement, cela nous obligeait à pousser les auteurs à expliciter tout ce qui relève du savoir commun aux sociologues de la santé, et à valoriser auprès du comité éditorial les enjeux importants pour le sous-champ de la sociologie de la santé. Par exemple, l’angle d’analyse des pratiques concrètes et ordinaires de prescription et leurs déterminants nous paraissait original, alors que ce n’était pas évident pour le comité éditorial qui nous suggérait de diriger le dossier vers les médicaments. Pareil pour certains auteur.rice.s qui d’ordinaire n’abordent pas la prescription sous l’angle des rapports de pouvoir, et qui ont accepté de relire leur matériau d’enquête à travers ce prisme pour le dossier. Plus trivialement, c’est la période de review qui a été la plus difficile, parce que les relecteurs ont demandé des modifications parfois conséquentes, souvent sans garantie de publication à l’arrivée. Comme les délais étaient très courts et qu’en parallèle nous étions toutes deux en post-doc à temps plein avec enseignement etc., nous n’avions pas toujours le temps de relire autant que nous le voulions les articles.C’est un fonctionnement tout ce qu’il y a de plus classique mais c’est toujours difficile de renoncer à des articles que nous avions parfois relus plusieurs fois et de continuer d’avancer malgré l’incertitude quant à l’aboutissement du dossier.

S’il fallait objectiver le travail que cela prend que de fabriquer un numéro de revue, à combien d’heure évalueriez-vous le travail fourni ? 

Difficile de répondre à la question, car le travail se fait en dents de scie, avec des pics d’activité et d’autres moments plus calmes, lorsque les articles sont en cours de relecture. Ce qui est sûr, c’est que lors des pics d’activité, le travail sur le dossier occupait environ trois jours pleins par semaine, pendant parfois deux à trois semaines. Et des pics comme ça, il y en a eu à peu près une dizaine. 

Que resterait-il à explorer sur le thème de ce numéro ? 

Julia :  Pour la psychiatrie, c’est définitivement le point de vue des patients qui manque. C’est aussi un effet des conditions d’enquête : l’entrée par les consultations sur le terrain oblitère la possibilité d’échanger facilement avec les patients ensuite : l’enquêteur.rice est nécessairement perçu comme dans l’autre “camp”, celui des soignants, dans un contexte prescriptif caractérisé par les enjeux de négociation, de contrainte et de consentement.

Joséphine : j’aurais beaucoup aimé pouvoir élargir le numéro à la prescription d’autres produits que des médicaments allopathiques, en incluant par exemple la prescription de dispositifs de tests ou diagnostics, mais aussi de thérapies alternatives ou même de médicaments vétérinaires. Cela aurait permis de faire entrer dans le scope de l’analyse d’autres acteur.rice.s comme les pharmacien.nes ou encore les vétérinaires, qui interviennent sur la prescription (pour les premier.es) ou qui sont prescript.eurs.rices. elleux-mêmes (pour les deuxièmes).

Qu’avez-vous appris sur le travail de coordination d’un numéro de revue ? 

Que c’est beaucoup, beaucoup de travail. Mais on a vraiment eu l’impression d’être au cœur de la recherche en relisant nos pairs et en réfléchissant à la place du numéro dans la littérature existante, après la soutenance de la thèse ça nous a fait entrer dans le grand bain ! Plus concrètement, la rédaction de l’introduction est un vrai défi en soi : on doit montrer combien chaque contribution permet d’éclairer le thème choisi et montrer combien le dossier forme une unité.. tout en gardant à l’esprit que tout n’a pas été abordé, que certains articles qui nous semblaient importants n’ont pas passé les étapes de la relecture et donc qu’il y aurait beaucoup d’autres choses à dire. C’est donc un jeu subtil où il faut dire “voilà la synthèse autour de la question ” tout en suggérant “mais on aurait pu encore dire beaucoup de choses sur ce thème passionnant”.

Au terme de votre expérience, quels conseils donneriez-vous à des personnes qui voudraient se lancer dans la conception d’un numéro de revue comme celui-ci ?

De ne pas négliger le temps de travail que ça représente, mais de ne pas se limiter pour autant : choisir une thématique, des aut.eur.rice.s et une revue qui nous plaisent, c’est le meilleur moyen d’avoir envie de passer des heures dessus pour voir le numéro aboutir. Et ne pas oublier que le thème du dossier évolue aussi au fil des échanges avec le comité de rédaction et avec le processus de relecture, pendant lequel certaines contributions sont refusées tandis que d’autres rejoignent l’aventure en cours de route. Être plusieurs à coordonner un dossier aussi, ça permet de se répartir la charge de travail, d’arbitrer collectivement les décisions et de se soutenir face aux revers. Après ce qui nous a aidées, ça a été d’en parler à nos connaissances du milieu académique, notamment de se renseigner sur les attendus implicites qu’on ne connaissait pas forcément. Et c’est sûr qu’en fonction de notre degré d’intégration dans le milieu académique on peut plus ou moins commettre d’impairs dans la coordination, indépendamment de la qualité scientifique du numéro. D’où l’intérêt de cet interview pour diffuser les ficelles du dossier, merci le carnet Socio Santé de nous permettre d’inaugurer la rubrique ! Et si certain-es veulent se lancer dans l’aventure d’un dossier thématique, on sera ravi-es de partager notre expérience, donc n’hésitez pas à nous contacter



Citer ce billet
Romain Juston Morival (2023, 15 janvier). Les ficelles du dossier “Prescription médicale”, Genèses, 2022 /2 (n°127) – une interview de Joséphine Eberhart et Julia Legrand. Sociologie de la santé. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ufyp

Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search