Portrait d’Anne-Cécile Bégot

  1. Pouvez-vous vous présenter aux membres du réseau (thématiques de recherches, statut, lieux d’exercice…) ?

Je suis maître de conférences en sociologie, à l’Université Paris Est Créteil (Upec). Je suis membre titulaire du LIRTES (Laboratoire interdisciplinaire de recherche sur les transformations des pratiques éducatives et des pratiques sociales) et du Thème PARSIE (Problèmes publics, articulation des rapports sociaux et prévention face aux inégalités en éducation) et membre associée du GSRL-EPHE-PSL (Groupe Sociétés Religions Laïcités, École Pratique des Hautes Études). Par ailleurs, je suis co-responsable du parcours Intervention sociale du master Sciences de l’éducation à l’Upec.

  1. Sur quoi avez-vous principalement travaillé ? Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Si je devais trouver un fil conducteur à mes recherches, je dirais qu’elles concernent les questions relatives à la santé et à la maladie (et la guérison) en lien avec d’autres thématiques. J’ai toujours été intéressée par les marges car elles permettent d’interroger ce qu’il y a de central dans une société mais aussi par l’articulation de plusieurs « champs » de la sociologie. Ainsi, dans le cadre de ma thèse -sous la direction de Jean Baubérot-, m’intéressant à la construction sociale de l’efficacité thérapeutique au sein de groupes religieux minoritaires (plus communément appelée « guérison spirituelle »), j’ai mobilisé des travaux de la sociologie de la santé (on parlait à l’époque de la sociologie de la maladie !) et de la sociologie des religions. J’ai également mobilisé ces deux sociologies pour comprendre le recours à des formes de spiritualité ou à des religions par des personnes touchées par le vih-sida, mais aussi pour saisir comment des médecins envisagent l’engagement religieux de leurs patients dans la gestion du vih/sida. Le recours aux médecines dites non-conventionnelles par des personnes atteintes d’un cancer a été un autre terrain de mes recherches.

Plus récemment, grâce à un financement de l’ANRS, nous avons travaillé avec des collègues sur l’éducation à la sexualité en milieu scolaire avec une focale mise sur les Infections sexuellement transmissibles car celles-ci affectent inégalement et socialement les jeunes femmes. Cela nécessite d’articuler la sociologie de l’éducation et de la prévention mais aussi de s’interroger sur la construction des inégalités sociales de santé. Par ailleurs, durant l’épidémie de Sars-Cov-2, avec des médecins et des collègues de Créteil (Upec), nous avons réalisé une étude sur l’impact de la covid-19 auprès de personnes touchées par la mucoviscidose.

  1. Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le bureau du RT 19 en 2021, et quels sont vos projets pour le réseau ?

J’ai toujours suivi, de près ou de loin, les activités du RT19 qui m’ont toujours intéressée du fait de mes thématiques de recherche. Pouvoir en faire partie aujourd’hui, sera l’occasion de mieux connaître les collègues qui travaillent sur ces objets que sont la santé, la maladie, le handicap mais aussi d’impulser des actions collectives telles que des Journées d’études sur des thématiques qui nous rassemblent.

  1. Une lecture favorite ou un film à recommander aux lecteurs du carnet et aux amateurs de sociologie de la santé ?

Ce n’est pas vraiment une lecture favorite mais un roman que j’ai lu d’une traite, tant il est passionnant et bien écrit. Il s’agit d’Esther d’Olivier Bruneau. C’est une fiction qui nous plonge dans un monde futur où les robots sont animés et cherchent à satisfaire les désirs et fantasmes sexuels des humains. Ces robots occupent une place inégalée dans la société décrite par O. Bruneau car ils sont dotés des dernières inventions technologiques notamment dans le domaine de l’intelligence artificielle. Cette fiction raconte, à partir d’un couple sans histoire, une société sous surveillance, jusque dans l’alcôve des chambres, mais aussi la place réservée au plaisir sexuel et à la robotisation[1].

J’évoquerai également un podcast de l’émission de France Inter Pas son genre (devenue Unique en son genre) de Giulia Foïs que je me suis surprise à écouter à deux reprises. Élisa Rojas en était l’invitée. Son parcours mais aussi son engagement pour les personnes handicapées sont très intéressants à entendre, apportant une vision très lucide sur la place du handicap au sein de notre société, a fortiori quand on est une femme handicapée[2].


[1] O. Bruneau, Esther, Le Tripode, 2020.

[2] https://www.franceinter.fr/emissions/pas-son-genre/pas-son-genre-05-mars-2021


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search