Contrat postdoctoral « Psychiatrie et libertés individuelles » (CHU St-Etienne, ENSEIS, IRESP) : CDD de 24 mois à 50%

Date limite pour candidater : 10 septembre 2021


La recherche PLAID-Care (« Psychiatrie et libertés individuelles : étude d’établissements caractérisés par un moindre recours à la coercition »), portée par le CHU de Saint-Étienne et l’École Nationale des Solidarités, de l’Encadrement et de l’Intervention Sociale (ENSEIS), est financée par l’Institut pour le Recherche en Santé Publique (IReSP) dans le cadre de l’appel à projets : « Recherche en santé publique 2020 ».

Pour une présentation du projet en ligne : https://www.santementale.fr/2021/05/des-leviers-pour-diminuer-la-contrainte/

D’une durée de deux ans, cette recherche pluridisciplinaire documentera les pratiques des professionnel·le·s et le fonctionnement de sept établissements psychiatriques caractérisés par un moindre recours à la coercition. Mobilisant plus particulièrement les théories et les méthodes qualitatives des sciences sociales et des sciences infirmières, cette recherche s’appuiera sur un matériau empirique recueilli sur le terrain de ces établissements.

Missions principales :
Dans le cadre de la recherche PLAID-Care, l’ENSEIS recrute un·e chercheur·euse en sciences humaines et sociales spécialisé·e dans le domaine de la santé.
Intégré·e à l’équipe de recherche composée de chercheurs·euses en santé issus de disciplines variées (sciences sociales, sciences infirmières, sciences politiques, géographie), il·elle participera à l’ensemble des étapes de la recherche, depuis son lancement jusqu’aux publications auxquelles il·elle sera associé·e.


Il·Elle aura la charge, avec les membres de l’équipe de recherche de :

  • mener une revue de littérature sur le sujet du moindre recours à la coercition en psychiatrie ;
  • piloter et réaliser un travail de terrain en binôme avec un chercheur en sciences infirmières ;
  • conduire des observations et des entretiens au sein de services de psychiatrie (des déplacements en France entière sont à prévoir) ;
  • produire des analyses en collaboration avec les autres membres de l’équipe ;
  • rédiger des documents de compte-rendu et de valorisation de la recherche

    Profil :
    Titulaire d’un doctorat en sciences humaines et sociales (sociologie, anthropologie, sciences politiques, etc.), vous avez une expérience de recherche dans le domaine de la santé mentale, de la santé ou du social. Vous savez conduire des recherches qualitatives par observation et entretiens, mener une revue de la littérature, rédiger des comptes-rendus de recherche et connaissez le milieu médical.

    Les compétences attendues sont les suivantes :
  • intérêt et habiletés pour le travail de terrain, en particulier le terrain hospitalier et les services de psychiatrie,
  • maîtrise des méthodologies propres aux sciences sociales (observations, entretiens, méthode documentaire, etc.),
  • intérêt pour le travail en collectif et pour l’interdisciplinarité (la triangulation entre sciences infirmières et sciences sociales fait partie de la méthodologie de ce projet),
  • maîtrise de la rédaction d’articles scientifiques,
  • autonomie.

    Structure et lieu d’exercice

    Le·la chercheur·euse recruté·e sera rattaché·e et hébergé·e à l’ENSEIS. L’association ENSEIS (née du rapprochement entre ARAFDES et IREIS) est un acteur incontournable de la formation professionnelle et de la recherche en travail social, santé et de la formation des cadres dans l’action sociale. Elle est implantée dans la région Auvergne-Rhône Alpes et compte 5 établissements situés sur les départements du Rhône à Lyon (69), de la Loire à Firminy (42), de l’Ain à Bourg-en-Bresse (01), de la Savoie à Chambéry la Ravoire (73) et de la Haute-Savoie à Annecy (74). Son siège social est situé dans le Rhône à Villeurbanne (69). Son laboratoire de recherche en sciences sociales, l’Espace Scientifique et Praticien en Action Sociale et en Santé (ESPASS) compte 6 chercheurs permanents.

    Type de contrat, prise de fonction, et rémunération
  • Type de contrat : CDD de 24 mois à mi-temps.
  • Prise de fonction : octobre 2021.
  • Rémunération : en fonction de l’expérience, selon les grilles de salaire de l’ENSEIS

    Candidature
    ▪ Un CV et une lettre de motivation sont à adresser avant le 10 septembre 2021, aux adresses suivantes : mougeot.frederic@enseis.fr et saetta.sebastien@gmail.com
    ▪ Les candidat·e·s retenu·e·s seront averti·e·s par message électronique et les auditions se dérouleront la semaine du 20 septembre.



    Le projet de recherche PLAID-Care
    Les établissements autorisés en psychiatrie présentent d’importantes disparités au regard des libertés individuelles, en particulier en matière de coercition : tandis que des établissements y recourent fréquemment, d’autres ne l’emploient qu’exceptionnellement. Outre les inégalités relatives au respect des droits, ces
    disparités induisent une perte de chances pour une partie des patients et pèsent sur le système de santé. Le recours à la coercition peut conduire à des traumatismes physiques et psychologiques chez les patients, provoquer un vécu négatif pour les soignants, rompre l’alliance thérapeutique, engendrer des ruptures de parcours, et induire une augmentation des coûts pour le système de soins. L’étude d’établissements moins coercitifs, aujourd’hui peu visibles et investigués, peut permettre de dégager les leviers d’une psychiatrie plus respectueuse des libertés individuelles.

    Ce projet de recherche, réunissant chercheurs en soins infirmiers, sociologues, géographes, médecins, professionnels et usagers, vise une meilleure compréhension des établissements moins coercitifs et de leur fonctionnement. Il interroge le déploiement des pratiques, savoirs, et formes d’organisation et de coopération favorisant une meilleure prévention et gestion des crises, et de meilleures conditions d’hospitalisation. La compréhension de ce phénomène nécessite de multiplier les échelles d’observation et d’interroger les constructions de la relation de soins, la socialisation des soignants, le fonctionnement et l’organisation des services, l’identité et l’histoire de l’établissement, ainsi que les collaborations déployées à l’échelle des territoires.

    Au sein d’établissements moins coercitifs, nous souhaitons précisément :

     Comprendre l’histoire de ces établissements et identifier les acteurs et les événements ayant favorisé la mise en place de ces environnements moins coercitifs ;
     Identifier et caractériser les savoirs et pratiques des professionnels et usagers à différents niveaux de la prise en charge, et leurs soubassements théoriques, épistémologiques, cliniques et expérientiels ;
     Identifier et caractériser les formes d’organisation, de coordination et de coopération mises en place à différents niveaux du parcours de soins des patients (hospitalisation, ambulatoire) ;
     Spécifier le rôle qu’ont joué le CGLPL, les associations d’usagers, et les tutelles (ARS, HAS) ;
     Identifier et analyser les effets du moindre recours à la coercition sur le parcours de soins des patients ainsi qu’en matière de satisfaction des professionnels et des usagers.

    Nous faisons également l’hypothèse que ces établissements ont géré de façon spécifique la crise du Covid-19, et identifierons des pratiques, savoirs et formes de coopération ayant éventuellement permis de concilier de manière originale respect des libertés individuelles et mesures sanitaires.

    Ce projet de recherche est structuré en trois tâches :
    1/ Un inventaire d’établissements et de pratiques reposant sur l’analyse de la littérature scientifique, de rapports du CGLPL et de la HAS, et sur l’analyse des données du RIM-P ;
    2/ L’étude intensive de quatre établissements ou pôles moins coercitifs du territoire national, et bénéficiant d’une antériorité en matière de moindre recours à la coercition ; 3/ L’étude de trois établissements de la région Auvergne-Rhône-Alpes, engagés dans un processus de limitation du recours à la coercition. L’étude de ces établissements et de leur environnement repose sur une approche méthodologique combinant entretiens, observations, méthode documentaire, et analyse des données du RIM-P, de la SAE, et des bases des données des établissements.

    Cette étude participe à l’affirmation d’une psychiatrie soutenant le respect des libertés individuelles. Elle accompagne les modifications réglementaires récentes (Loi du 26 janvier 2016 sur la modernisation du système de santé ; Décision du Conseil Constitutionnel du 19 juin 2020 sur l’inconstitutionnalité de la législation actuelle en matière d’isolement et de contention ; Loi du 14 décembre 2020 de financement de la Sécurité Sociale). Les résultats fourniront aux professionnels et aux établissements des leviers à la transformation des pratiques en vue d’un moindre recours à la coercition. Ce projet permettra d’orienter les décisions concernant l’évolution de l’offre de soins en psychiatrie, les modalités de coordination et de coopération entre les différents acteurs du parcours de soin, afin de limiter les coûts physiques, psychosociaux, et économiques causés par le recours à la coercition.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search