Retour sur une soutenance : les ergonomes, acteurs et actrices de la santé au travail ?

CR établi par Romain Juston Morival, MCF en sociologie, Université de Rouen-Normandie et membre du bureau du RT 19.

Ce billet s’inscrit dans la série des billets relatifs au thème de la santé au travail. Après le compte-rendu d’une session des journées d’études sur « Droit et temporalité » consacrée au thème de la santé au travail, ce billet revient sur la thèse de Jennifer Laussu à travers un compte-rendu de la soutenance de la thèse et d’une interview avec son autrice.

Jennifer Laussu a soutenu le 11 décembre 2020 une thèse de sociologie intitulée : « Entre prévention et performance. L’ethos professionnel des ergonomes en tension » (Voir le résumé et le jury) [1]. L’apport de cette thèse réside à la fois dans la mobilisation renouvelée des outils de la sociologie des professions et dans sa portée explicative de certaines évolutions qui touchent à la santé au travail. Cet alliage de perspectives contribue à la compréhension des phénomènes qui se rapportent à la santé au travail, fil rouge de ce billet[2]. Enfin, une interview de Jennifer Laussu vient clore ce billet.

Saisir les dynamiques professionnelles de l’ergonomie

La centralité de la sociologie des groupes professionnels dans cette thèse se traduit par le recours à la notion de segmentation qui permet de voir derrière le groupe des ergonomes une agrégation de segments poursuivant des objectifs divers. Jennifer Laussu assume comme choix de se centrer sur les segments les plus représentés ou jouant un rôle déterminant dans la construction de la discipline (les universitaires, notamment).

D’un point de vue théorique, l’étude des segments professionnels du groupe des ergonomes permet de comprendre comment ils et elles parviennent à concilier deux logiques a priori contradictoires : l’amélioration conjointe des conditions de travail et la recherche de la performance des entreprises. Là où l’étude du processus de segmentation permet de comprendre l’hétérogénéité de ce groupe professionnel, l’étude de la formation de l’éthos et des tensions qui le traversent apporte un complément précieux pour comprendre ce qui permet malgré tout d’unifier le groupe.

Au-delà des processus internes de segmentation, cette thèse explore les dynamiques externes –  « écologiques » au sens d’Abbott – permettant de comprendre le positionnement de ce groupe dans l’écologie de la santé au travail.

Un groupe professionnel facile à faire parler, et compliqué à observer

La volonté de saisir le groupe professionnel dans son hétérogénéité a imposé une enquête multi-sites. Les pratiques professionnelles ont été restituées à travers des récits de pratiques obtenus en entretien, à défaut d’avoir eu accès à l’observation directe des situations de travail des ergonomes. À noter que Jennifer Laussu a exploité la forte réflexivité des ergonomes qui ont produit de nombreuses données mobilisées dans la thèse, y compris dans une liste de diffusion interne à la profession qui révèlent ces enjeux de luttes.

Mais cet accès facilité à la parole professionnelle s’accompagne d’une difficulté dans l’analyse : les ergonomes aiment parler d’eux-mêmes et défendre ce qu’ils font. Difficile donc, comment voir ce qui se cache derrière ces discours qu’ils ont d’eux-mêmes ? Enfin, l’impossibilité de réaliser des observations n’a alors pas permis de mener d’analyse in situ sur les activités réelles des ergonomes, les récits restant des reconstructions.

 

Des acteurs et actrices de la santé au travail ? La place des ergonomes dans l’écologie professionnelle de la santé au travail

La soutenance a permis de débattre de cette question, pas si évidente que cela. Jennifer Laussu défend l’idée que les ergonomes participent à la prévention et s’inscrivent à ce titre dans le cadre de la santé au travail. Elle retrace ainsi un processus d’autonomisation de l’ergonomie vis-à-vis d’autres sciences du travail. La Présidente s’amuse d’ailleurs au moment de prendre la parole de discuter cette thèse après avoir encadré et/ou participé au jury de deux recherches doctorales portant respectivement sur les médecins du travail (celle de Blandine Barlet, qui a récemment publié un ouvrage tiré de sa thèse, récemment recensé par Jennifer Laussu) et sur les préventeurs (celle de Julien Kubiak), poursuivant ainsi la galerie de portrait des professionnels de la santé au travail.

Mais la tension étudiée dans la thèse entre prévention des risques professionnels, d’une part, et recherche de la performance économique, d’autre part, confère une place originale aux ergonomes dans ce monde professionnel. Un des membres du jury pointe que certains ergonomes cherchent à allier performance et santé, à travers un process spécialisé versus l’ergonomie de l’activité qui veut montrer que le travail est un espace d’intégration des enjeux de performances et des enjeux de santé. Autrement dit, la dimension de la performance va au-delà de la performance économique et la performance « globale », du point de vue de l’ergonomie de l’activité, est inséparable de la santé. Un prolongement analytique serait de traiter la question de la performance au-delà de sa dimension économique.

Un second prolongement pourrait être exploré à travers l’expertise CHSCT, les ergonomes intervenant dans ce registre constituant peut-être un autre segment professionnel particulièrement intéressant, car ces derniers penchent plus du côté des conditions de travail que de celui de la performance.

 

Conclusion : une enquête de voisinage

Cette thèse sur l’ergonomie est enfin un travail utile pour les sociologues sur les noms, les lieux, les segments de cette discipline. La réflexivité des ergonomes a été une alliée utile pour faire l’histoire de la discipline. Néanmoins, les ergonomes constituent un groupe professionnel voisin de la sociologie peu étudié. Si la sociologie connaissait assez mal sa voisine avant cette thèse, c’est chose faite maintenant.

*       *

*

Interview avec Jennifer Laussu

  1. Peux-tu revenir sur la genèse de cette recherche ? Pourquoi avoir travaillé sur les ergonomes ?

Il y a au moins deux raisons qui m’ont orientée vers cet objet. La première s’inscrit dans la continuité de mon parcours universitaire à l’UVSQ et ma rencontre avec la sociologie des professions. Puis, le Master 2 conduite du changement, travail expertise organisation, qui ouvre mon regard sur la sociologie du travail, de la gestion et de la santé. Lors de cette étape, je rencontre l’ergonomie. Je voyais dans cet objet la genèse d’une recherche sur le groupe professionnel des ergonomes. Cette perspective m’a suivie pendant toute la thèse.

La deuxième raison qui appuie ce choix est que l’ergonomie et les ergonomes ont été très peu étudiés par les sciences sociales. L’ergonomie a, en revanche, été extrêmement prolifique sur la constitution et l’histoire de la discipline. Elle fait preuve d’une grande réflexivité sur elle-même, ce qui offre un corpus important de données sur la discipline, mais que la chercheuse en sociologie doit manipuler avec précautions. Ces difficultés à traiter l’hagiographie ont été une question méthodologique et épistémologique centrale lors de la rédaction de la thèse

  1. L’intérêt de ta thèse réside à la fois dans la mobilisation renouvelée des outils de la sociologie des professions et dans sa portée explicative de certaines évolutions qui touchent à la santé au travail. Peux-tu revenir sur ce que cette thèse apporte à la sociologie de la santé au travail ?

Effectivement, j’ai essayé de lier la sociologie de la santé au travail et celle des professions. Cela tient surtout au fait que le groupe professionnel des ergonomes est inscrit dans la sphère de la santé au travail, ce que j’appelle « l’écologie de la santé au travail ». Du fait des multiples modalités d’emploi et des statuts des ergonomes enquêté·es, les saisir par le biais de cette écologie permet de montrer les dynamiques, les conflits et les tensions, d’une part, entre les différents segments du groupe, d’autre part, avec les différent·es professionnel·les de la santé au travail. Ainsi, la sociologie de la santé au travail apporte une lecture du groupe professionnel plus fine mais en même temps plus homogène dans le sens où ces ergonomes tentent d’améliorer conjointement la performance des organisations et la santé des travailleur·euses. Cette conception de leur métier, de leur mandat, constitue la rhétorique voire l’ethos professionnel du groupe. Pris entre des logiques organisationnelles et gestionnaires, l’ethos se trouve en tension entre ses deux logiques d’amélioration. De plus, mettre en exergue ces tensions rapproche les ergonomes d’autres professionnel·les de la santé au travail davantage étudié·es par la sociologie et qui partagent les mêmes difficultés entre santé et performance, tels les médecins du travail.

  1. Une lecture favorite ou un film à recommander aux lecteurs et lectrices du carnet et aux amateurs et amatrices de sociologie de la santé, en lien peut-être avec ta thèse ?

J’ai plusieurs lectures qui m’ont beaucoup marquées pendant la thèse. J’en citerai deux. L’ouvrage d’Emmanuel Henry[3] Ignorance scientifique et inaction publique : Les politiques de santé au travail de 2017, m’a énormément apporté sur le traitement et l’histoire des politiques de santé au travail en France, ainsi que sur les mécanismes de maintien et de production de l’ignorance et de la méconnaissance des effets du travail sur la santé.

Le deuxième ouvrage est celui de Blandine Barlet[4] La santé au travail en danger. Dépolitisation et gestionnarisation de la prévention des risques professionnels (2019). Traitant de la mise en application de la pluridisciplinarité dans les services de santé au travail et extrait de sa thèse soutenue en 2015, son ouvrage est beaucoup plus proche de mes propres questionnements sur les ergonomes et leur positionnement dans l’écologie de la santé au travail.

[1] Ce billet présente cette thèse à travers la soutenance, conduite par la présidente, V. Boussard qui a veillé à réintroduire un peu plus de « présence » à ce à quoi les soutenances en distianciel nous ont habitués ces derniers mois. Constatant les dizaines de personnes connectées, elle a proposé à chacun d’allumer sa caméra pour permettre à Jennifer Laussu de réaliser ce qui est difficilement réalisable en contexte de visio.

[2] Or, ce qui avait motivé ma volonté de rejoindre le RT 19 [billet portrait], c’est précisément de contribuer à faire connaître ces travaux qui au croisement de la sociologie de la santé et d’autres domaines de la sociologie – ici la sociologie des professions et du travail – prennent pour objet les institutions, groupes professionnels, pratiques et normes relatifs au monde de la santé au travail. Par ailleurs, j’ai échangé avec Jennifer au laboratoire Printemps où nous avons tous les deux été doctorant.e.s, et plus récemment dans le cadre des activités du Réseau jeunes chercheurs et chercheuses en travail et santé (RJCTS : https://rjctsblog.wordpress.com/).

[3] Henry E. (2017), Ignorance scientifique et inaction publique : Les politiques de santé au  travail, Paris, Presses de Sciences Po.

[4] Barlet B. (2019), La santé au travail en danger. Dépolitisation et gestionnarisation de la prévention des risques professionnels, Toulouse, Octarès Editions, coll. « Travail et Activité humaine ».


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search