Portrait d’Aymeric Luneau

 Pouvez-vous vous présenter aux membres du réseau ?

J’ai soutenu ma thèse en mars 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales sous la direction de Francis Chateauraynaud, directeur du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive. Elle porte sur la trajectoire des controverses relatives à la reconnaissance de problèmes sanitaires induits par la pollution chimique de l’environnement.

Après ma thèse, de 2015 à 2016, j’ai travaillé sur l' »ouverture à la société civile » de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’environnement, de l’alimentation et du travail (ANSES) avec Jean-Michel Fourniau1, directeur du GIS « Démocratie et participation ». J’ai ensuite exercé pendant un an comme ATER2 au département de sociologie de l’Université de Nanterre.

Entre 2017 et 2019, j’ai rejoint le Muséum national d’histoire naturelle dans le cadre d’un postdoctorat sur les transformations des « observatoires participatifs » de l’environnement, c’est-à-dire les programmes dans lesquels des bénévoles — de l’amatrice éclairée au néophyte — contribuent au recueil de données naturalistes. Je dois dire que ce postdoc d’un an et demi a été une expérience marquante. Et là, je viens de terminer un autre postdoc au LISIS3 dans le cadre de l’ANR « Institutionnalisations des agroécologies », sur les interactions entre ce processus et institutionnalisation des recherches participatives avec Marc Barbier et Élise Demeulenaere.

Pourquoi votre passage au MNHH a-t-il été une expérience marquante ?

D’abord parce qu’avoir un bureau au milieu des arbres avec un geai des chênes ou, plus rarement, un pic épeiche qui te rend visite le matin en plein Paris est un luxe sans prix et que j’ai découvert une biodiversité dont je ne soupçonnais pas l’existence.

Ensuite parce que le laboratoire PALOC4 n’ayant pas de tutelle CNRS, je me suis retrouvé au Centre d’écologie et des sciences de la conservation, donc plongé dans une autre « culture épistémique ». Si ce sont les différences entre l’écologie et la sociologie qui me sont d’abord apparues, je me suis surtout interrogé sur leurs proximités sur le plan de la pratique (le rapport au terrain), de certaines méthodes (l’analyse de réseau) et surtout historique. Ce sont en effet des disciplines relativement jeunes qui se structurent aux XIXe siècles dans les mêmes espaces . Par exemple, Henry Chandler Cowles, considéré comme un des fondateurs de l’écologie aux États-Unis d’Amérique, rejoint le département de botanique de l’Université de Chicago où il fera toute sa carrière en 1899, un an avant l’arrivée de William I. Thomas au département de sociologie. On peut donc se demander quelles ont été les influences réciproques entre ces deux départements — est-ce que Robert Parks avait connaissance de l' »écologie dynamique » de Cowles par exemple? Et même, en ont-ils discuté ? — et, plus largement, entre ces deux champs. Toutes ces questions, auxquelles d’autres ont certainement déjà répondu, m’intéressent, car elles conduisent à avoir un autre regard sur l’histoire de la sociologie, qui est souvent réduite à une histoire « interne » (et américano-européenne), et sur ses futurs possibles.

Sur quoi avez-vous principalement travaillé ? Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Mes objets de recherche ont pas mal évolué au fur et à mesure des projets dans lesquels j’ai été engagé. Mais ce qui fait le lien entre mes travaux de doctorat et mes recherches postdoctorales, c’est la question du surgissement dans le processus de définition de problèmes sanitaires ou environnementaux d’acteurs qui en sont habituellement exclus. Autrement dit, pour utiliser une expression en vogue, les relations entre sciences et sociétés forment le fil rouge de mes recherches.

Dans ma thèse, je me suis intéressé à la trajectoire de trois « dossiers » dans le champ de la santé-environnement : les controverses sur le syndrome d' »hypersensibilité chimique multiple » ; les risques sanitaires induits par l’utilisation du perchloroéthylène dans les pressings ; les conflits relatifs à l’exposition des riverains de l’étang de Berre (ouest de Marseille) aux pollutions générées par la première zone industrielle de France5.

J’ai analysé les conditions sociales permettant ou non à des « personnes ordinaires » de faire l’expérience de problèmes, en l’occurrence de problèmes de santé liés à la présence de produits chimiques dans l’environnement, puis d’en faire un « problème public ». Ces résultats ont été publiés dans les revues Développement durable et territoires6 et Environnement, risques et santé7, ainsi que l’ouvrage collectif (D’)écrire les affects. Perspectives et enjeux anthropologiques8.

Mes recherches postdoctorales m’ont ensuite amené à travailler sur les formes de participation organisées, que ce soit la participation des associations environnementales, de malades, de consommateurs, des syndicats ou des organisations patronales à la gouvernance d’une agence d’expertise9, ou la participation de « publics » à la production de connaissances, notamment dans le domaine de l’environnement. Sur ce dernier sujet, un papier a été soumis à la revue Participations sur le « tournant procédural » de la citizen science.

Je m’intéresse aujourd’hui à l’institutionnalisation des recherches participatives, à ce que cette notion signifie d’un point de vue sociologique, à ce qu’elle signifie pour la pratique des recherches participatives et ce qu’elle signifie pour la pratique de la recherche de façon générale. J’ai d’ailleurs récemment organisé deux journées d’étude sur ce sujet au LISIS avec Marc Barbier, Élise Demeulenaere, Évelyne Lhoste et Lucile Ottolini. Une des questions que j’essaie de travailler est de comprendre ce que l’institutionnalisation des recherches participatives implique en termes de « désinstitutionnalisation ».

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le bureau du RT 19 en 2017, et quels sont vos projets pour le réseau ?

En fait ce sont d’abord deux personnes, Lynda Sifère-Rivière et Hélène Cléau, qui m’ont encouragé à rejoindre le RT 19 lors du congrès d’Amiens en 2017. J’avais déjà envisagé de m’engager plus activement dans un réseau thématique. C’était donc la bonne occasion pour le faire. Et puis à ce moment-là, je commençais mon postdoctorat au MNHN. Intégrer le bureau du RT 19 était alors pour moi une façon de garder un pied dans le champ de la sociologie de la santé.

En rejoignant le bureau, mon projet était de poursuivre le dialogue avec le RT 38 « sociologie des risques et de l’environnement » initié justement par Lynda et Hélène. Jusqu’à présent, ce projet ne s’est pas encore concrétisé malheureusement, mais je ne désespère pas d’en faire quelque chose pour le prochain congrès à Lille. Soit autour des formes participatives de production des connaissances, étant donné que la santé et l’environnement ont été des champs d’expérimentation importants. Soit autour des liens entre crises sanitaires et crises environnementales mis en lumière par la Covid-19. Des liens qui sont ambivalents, car si les analyses s’accordent pour dire que le réchauffement climatique ou l’expansion des villes augmentent la probabilité de voir surgir de nouveaux agents pathogènes, on voit également, à travers le retour des produits à usage unique dans le cas de la Covid-19 ou les campagnes de démoustication, que santé et environnement sont des « biens en soi »10 dont la compatibilité ne va pas de soi.

Outre les projets de nature « scientifiques », j’ai pris en charge à mon arrivée au sein du bureau le blog du RT 19, qui n’était pas encore un « carnet hypothèse ». Et je suis content d’avoir été rejoint par Marie Le Clainche-Piel et Romain Juston et qui ont permis de donner un nouveau souffle à ce blog.

Une lecture favorite ou un film à recommander aux lecteurs du carnet et aux amateurs de sociologie de la santé ?

En lien avec ma thèse, je citerai le film Safe de Todd Haynes sorti en 1995 avec Julianne Moore (The Big Lebowski, Hannibal) dans la peau de Carol White, le personnage principal. C’est le seul film que je connaisse qui parle du syndrome d' »hypersensibilité chimique multiple ». Ne serait-ce que pour cette raison, il faut le voir. Mais il est également intéressant, car il met en scène le processus  d’enquête à travers lequel Carol White se découvre peu à peu « hypersensible » aux nombreuses substances chimiques relarguées par tous les objets qui peuplent son quotidien (canapé, moquette) et qui au départ étaient synonymes de confort et de modernité.  Enfin, ce film est intéressant pour sa réception, car il suffit de lire les critiques publiées à sa sortie pour retrouver les éléments de la controverse et les difficultés que les malades ont éprouvés et éprouvent toujours pour se dégager du stigmate de l’hystérie et de la paranoïa. Extrait:

« Carol White, une bourgeoise aisée de Los Angeles qui vaque à ses occupations domestiques, fait de la gym et papote avec ses copines. Mais un jour, dans un embouteillage, elle est prise d’une quinte de toux inextinguible.  […] Mais bientôt Carol trouve quelques tracts alternatifs qui attribuent ces symptômes aux produits chimiques présents dans notre environnement quotidien. Alors ? Allez donc savoir… Le film se situe à l’intersection exacte de la réalité et du fantasme, au point précis où l’écologie se transforme en paranoïa ou en hystérie, au choix […] Qu’est-ce qui est réellement néfaste au bout du compte : la pollution ou la peur de la pollution ? » Les Inrockuptibles, 30 novembre 1995 

 

 

  1. Jean-Michel Fourniau a été l’un des membres du comité de gouvernance de la Convention citoyenne pour le climat à l’issue de laquelle les 150 participant.es ont défini 149 propositions législatives pour lutter contre le changement climatique. 149 propositions qu’ils ont remises au président de la République le 29 juin 2020. []
  2. Assistant temporaire d’enseignement et de recherche []
  3. Laboratoire interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés []
  4. Patrimoines locaux, environnement et globalisation []
  5. Des conflits qui existent au moins depuis l’installation au XIXe siècle des premières usines de fabrication de la soude. Voir Massard-Guilbaud G., 2010, Histoire de la pollution industrielle en France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. []
  6. Luneau A., 2013, « L’invisibilité du « syndrome d’hypersensibilité chimique multiple » : les conséquences de l’absence d’un espace de conflit », Développement durable et territoires, 4, 2. []
  7. Luneau A., 2012, « Le rejet de l’incinération des ordures ménagères : entre controverses sanitaires et conflits politiques », Environnement, Risques & Santé, 11, 5, p. 397‑404. []
  8. Luneau A., 2018, « Le trouble et son expérience », dans (D’)écrire les affects. Perspectives et enjeux anthropologiques, Paris, Éditions Pétra. []
  9. Dans « Involving stakeholders in the risk regulation process: the example of ANSES », je montre avec Jean-Michel Fourniau que l’effectivité des reconfigurations des « asymétries de pouvoirs » produites par l’ouverture de l’ANSES à la « société civile » est minimisée par le fait que les autres espaces de la régulation des risques sanitaires, en particulier les ministères, sont restés relativement fermés. Dès lors seules les organisations fortement intégrées dans ces espaces sont en mesure de comprendre ce qui se joue dans les comités de l’ANSES. Luneau A., Fourniau J.-M., 2019, « Involving stakeholders in the risk regulation process: the example of ANSES », Journal of Risk Research, p. 1‑16. []
  10. Dodier N., 2003, Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Éditions de l’EHESS. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search