Portrait de Romain Juston Morival

Pouvez-vous vous présenter aux membres du réseau ?

Je suis Maître de conférences en sociologie à l’Université de Rouen-Normandie où j’exerce la responsabilité pédagogique d’un parcours de Master sur le thème de la santé au travail. Je suis chercheur au Dysolab-IRIHS à l’Université de Rouen, et chercheur affilié au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET/Cnam)

Crédits : photos.Dominique Germond

En 2016, j’ai soutenu ma thèse de sociologie préparée au laboratoire Printemps (UVSQ/CNRS) sous la co-direction de Jérôme Pélisse et de Laurent Willemez. Cette thèse, située au carrefour des sociologies du droit, des sciences, de la médecine et du travail, portait sur les médecins légistes et les expertises qu’ils effectuent dans le cadre de procédures judiciaires. Le livre tiré de cette thèse vient de paraître aux Presses de Sciences Po sous un titre qui a le mérite de la clarté : Médecins légistes. Une enquête sociologiqueLes amateurs de BD pourront également découvrir ce terrain et une partie de mon enquête dans un des 13 docu-BD du deuxième numéro de la revue Soif ! tout juste paru.

Sur quoi avez-vous principalement travaillé ? Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Après ma thèse, j’ai opéré un déplacement thématique franc de l’expertise médicale à la santé au travail. Cette volonté de changement de ma part a été permise par deux expériences post-doctorale. La première, au CSO, m’a permis de découvrir le thème de la santé au travail à partir d’une étude financée par l’Anses sur la surveillance des risques professionnels particulièrement incertains (Suripi), à travers les cas des risques chimiques et des risques dits “psycho-sociaux”. La seconde, au CEET, m’a permis d’initier le projet que j’avais présenté au CNRS sur l’entrée nouvelle des assureurs et des mutuelles dans le secteur de la santé au travail. Concrètement, j’ai entamé des enquête sur la conception et la mise en oeuvre de certains des “produits de préventions” proposées par les organismes complémentaires d’assurance-maladie aux entreprises. A Rouen, j’ai la chance d’aborder ces questions à la fois depuis mes recherches mais aussi au sein du nouveau parcours “Santé au travail”, qui entame actuellement sa deuxième rentrée. J’ai présenté ce parcours dans le billet suivant publié sur le site de mon laboratoire : https://dysolab.hypotheses.org/1995.

L’année dernière, l’actualité qui a frappé Rouen d’abord, puis le monde ensuite, a également suscité quelques chantiers collectifs qui m’occupent actuellement. Il y a tout juste un an, la catastrophe de Lubrizol a soulevé, au-delà des enjeux de santé publique bien connus, des enjeux de santé pour les travailleurs exposées au nuage. De même l’épidémie de Covid-19 posent d’innombrables questions en matière de prévention des risques pour la santé des travailleurs et des travailleuses. Avec des collègues sociologues, anthropologues et médecins, nous avons entrepris une recherche sur le rôle des médecins généralistes face à ce contexte singulier engendré par la succession de ces crises sanitaires. Par ailleurs, j’avais entamée une enquête sur le quotidien professionnel des techniciens d’une grande salle de spectacle dans laquelle les salariés avaient exercé leur droit de retrait au lendemain de l’incendie de Lubrizol et je m’intéresse actuellement aux effets de cette seconde crise sanitaire sur le monde du spectacle vivant. Cette problématique de l’enchaînement de crises permettra d’apporter des résultats originaux sur la façon dont la catastrophe de Lubrizol modifie – ou non – la façon dont l’épisode épidémique actuel est traversé en Normandie pour, les médecins généralistes comme pour les techniciens du spectacle.

Il y a néanmoins un lien très fort entre mes recherches passées et mes chantiers en cours. Ce qui relie les médecins légistes des médecins du travail, et, plus largement la problématique de l’expertise médico-légale et celle de la santé au travail, c’est une perspective sur les professionnels de santé là où ils ne participent pas directement à soigner des malades, mais à proposer une expertise médicale à une audience requérante : le juge, l’administration, etc. Cette perspective sur la médecine à ses frontières – quand elle devient expertise -, et en acte – à travers les opérations concrètes de ces experts -, me semble intéressante pour rendre compte des transformations plus larges d’institutions importantes de nos sociétés : la médecine, la justice, et le travail.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le bureau du RT 19 en 2019, et quels sont vos projets pour le réseau ?

Tout au long de ma thèse et les deux années qui ont suivi, j’ai participé aux activités du RT 13 “Sociologie du droit et de la justice” de l’AFS. Au moment où j’abandonnais les terrains judiciaires, et bien que conservant une forte appétence pour les problématiques attachées au droit et à la légalité, j’ai eu envie de m’investir dans un autre réseau thématique de l’AFS. Le RT 19 avait déjà retenu mon intérêt depuis le début de ma thèse par la richesse de ses manifestations scientifiques et je suis très fier de participer à l’équipe de son bureau en partie renouvelée lors du congrès d’Aix-en-Provence !

Les projets que j’y mène sont dans l’exacte continuité de ce que j’ai participé à mettre en oeuvre au sein du RT 13. Sur le plan du « numérique » d’abord, je m’occupe avec Marie Le-Clainche Piel et Aymeric Luneau du carnet Socio Santé, après avoir coordonné avec Claire Lemercier le carnet « Droit et Sciences sociales ». Si pour sa première année, le carnet est principalement tourné vers l’actualité de la sociologie de la santé, via une veille sur le Covid notamment, et vers la présentation des membres du bureau via ces portraits, il est destiné à accueillir de plus en plus de billets abordant plus en profondeur l’actualité du champ (ouvrage, manifestations scientifiques). Il est d’ailleurs ouvert à n’importe quel contributeur ou contributrice qui peuvent nous écrire s’ils veulent discuter d’un texte !

Un second type de projets que je porte au sein du bureau renvoie aux travaux des jeunes chercheurs et des jeunes chercheuses dans la continuité des très riches manifestations scientifiques organisées jusqu’à présent par le RT 19. J’aimerais particulièrement participé à construire ce qu’on appelle parfois des “doctoriales” ou des journées d’études des doctorant.e.s en sociologie de la santé, permettant aux jeunes chercheurs et chercheuses travaillant sur des objets en lien avec la santé, plus ou moins centralement d’ailleurs, de discuter de leurs recherches avec des spécialistes de ces thématiques et/ou de se faire accompagner dans un processus de publication. L’objectif de ces rencontres qu’on pourrait imaginer les-années-où-il-n-y-a-pas-AFS, serait alors de souder encore plus la communauté de chercheurs et de chercheuses en sociologie de la santé et du handicap.  

Enfin, et alors que le congrès de Lille se prépare, j’aimerais contribuer à des croisements féconds entre la sociologie de la santé, la sociologie des sciences  et la sociologie du droit par exemple et, sur le plan des objets, valoriser la sociologie de la santé au travail. De ce point de vue, des ponts pourraient être fait avec le Réseau des jeunes chercheurs et chercheuses en travail et santé (RJCTS) (qui recrute !), lequel organise des rencontres très intéressantes et très utiles, en direction des diplômés de sociologie notamment.  A suivre, donc !

Une lecture favorite ou un film à recommander aux lecteurs du carnet et aux amateurs de sociologie de la santé ?

Je viens de finir le livre La Raison des plus forts. Chroniques du procès France telecom (livre dont je constate en écrivant ces lignes qu’il se situe à l’exacte intersection de mes centres d’intérêt pour la justice et pour la santé au travail !). Ce livre retrace au jour le jour, sous la plume de chercheurs et de chercheuses spécialistes de la santé au travail, d’artistes ou de syndicalistes, le procès historique attenté aux dirigeants de France Télécom après la “crise des suicides”. Le livre éclaire de manière tout à fait originale le travail contemporain autour de la question de la violence managériale telle qu’elle se trouve problématisée au sein de l’arène judiciaire. Il faut lire ce livre pour comprendre à quel point le travail peut s’avérer dangereux pour celles et ceux pris dans des processus de privatisation, mais aussi pour se donner de l’espoir quant à l’émergence d’un processus de judiciarisation de la santé au travail pour aboutir demain à une plus grande protection des travailleurs et des travailleuses. 

Romain Juston Morival

 


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search