Portrait de Marie Le Clainche-Piel

Pouvez-vous vous présenter aux membres du réseau (thématiques de recherches, statut, lieux d’exercice…) ?

(c) Julien Benhamou

J’ai soutenu ma thèse de sociologie en 2018 à l’EHESS, sous la codirection fructueuse de Nicolas Dodier et Catherine Rémy. J’ai analysé dans ce cadre l’émergence des transplantations du visage en France et au Royaume-Uni. Quelques-uns des résultats sont déjà parus dans Sciences Sociales et Santé, Sociologie et Sociology of Health and Illness pour celles et ceux que ça intéresse (j’envoie les pdf sur demande pour celles et ceux bloqué-es par un paywall).

J’ai ensuite terminé mes missions en tant qu’ATER à l’UPEC (auprès d’une équipe et d’étudiant-es inoubliables !) puis j’ai été recrutée comme chercheuse postdoctorante au CNRS-CESDIP au sein d’un projet collectif de sociologie politique du traitement des restes humains qui m’occupe aujourd’hui (ANR CORTEM). Là encore j’ai la chance de bénéficier d’un cadre de travail très stimulant au sein d’une petite équipe de jeunes chercheur-es hyper impliquée.

Sur quoi avez-vous principalement travaillé ? Quels sont vos chantiers de recherche actuels ?

Ce qui relie mes travaux, collaborations et projets à venir relève de la place accordée au corps et aux conditions matérielles de l’existence. La question qui a donné à ma thèse son titre – Ce que charrie la chair – est généralement présente, abordée de front ou à bas bruit. Qu’est ce qui se joue dans les démarches de rapatriement de restes humains ou dans l’effort d’identification des corps de personnes décédées loin de leurs attaches ? Que mettent en circulation les dons de matières corporelles : organes, sang, gamètes ?

Au-delà des matières qui circulent entre les individus, étudier le corps comme le nœud de relations intimes et politiques m’amène aussi à interroger la construction des catégories telles que « personne handicapée » ou « personne intersexuée ». Qu’est ce qui se joue dans les incitations médicales à transformer la chair des personnes dotées d’un développement sexuel atypique ? Qu’est ce qui se joue dans les luttes pour le droit à l’autodétermination des corps ?

Toutes ces questions, relatives au don de matières corporelles, au devenir des corps après la mort ou à l’autodétermination, sont au cœur de mes intérêts de recherche. Elles résonnent par ailleurs avec tellement d’expériences contemporaines que j’espère les aborder auprès du grand public à travers un projet de podcast que je développe en ce moment.

Enfin, je m’apprête à ouvrir un nouveau chantier à travers une enquête au cœur des systèmes d’allocation des organes en France et au Royaume-Uni. Je vais chercher à comprendre les logiques qui président à la distribution de ces ressources rares que sont les organes, dans un contexte de « pénurie » mondiale où tous les patients ne survivent pas à l’attente. Parmi les dispositifs sur lesquels s’appuient les acteurs pour allouer les ressources, je vais regarder particulièrement du côté de la construction d’algorithmes informatiques complexes. Affaire à suivre.

Qu’est-ce qui vous a motivée à rejoindre le bureau du RT 19 en 2019, et quels sont vos projets pour le réseau ?

Je participe tous les ans à une sélection de conférences nationales et internationales en sociologie et anthropologie, aussi il était temps pour moi de contribuer plus en amont à la dynamique de ces réseaux professionnels. Une de mes motivations est précisément une intégration plus poussée des sciences sociales de la santé française dans les réseaux européens et internationaux, comme l’ont soutenu Catherine Déchamp Le Roux ou Géraldine Bloy dès les débuts du RT19.

Ensuite, la valorisation des activités du RT et l’amélioration de ses outils de communication est un autre des projets auquel j’ai souhaité particulièrement contribuer. De la conception de ces outils à leur mise en place on ne se rend pas toujours compte du temps que cela prend et des compétences que les membres mettent à profit : les différentes rubriques du site internet, la présence sur les réseaux sociaux, la lettre d’actualité…

Et puis bien sûr en matière de travaux, j’ai deux chevaux de bataille au sein du RT19 : d’une part contribuer à une meilleure représentation des disability studies, et d’autre part soutenir plus largement les approches de sociologie politique de la santé. Cela passe à la fois par la valorisation de ces thématiques et approches dans les appels à communication pour les congrès, et par l’organisation événements inter-RT avec d’autres réseaux susceptibles de porter une dynamique compatible (Sociologie politique ; Genre, classe, race ; Gestion politique du corps et des populations, par exemple).

Une lecture favorite ou un film à recommander aux lecteurs du carnet et aux amateurs de sociologie de la santé ?

Mon livre de chevet est une collection de textes qui s’intitule Beyond the body proper. Reading the anthropology of Material Life, dirigée par Margaret Lock et Judith Farquhar (Duke University Press, 2007). On y trouve des analyses relatives à la médecine, à la sexualité et au genre, à la vie quotidienne ou encore aux processus de racialisation. Il s’agit à la fois d’articles de chercheur-es contemporain-es et de traductions d’extraits de livres classiques. Je le recommande à toute personne qui s’intéresse à la socio-anthropologie de la santé et aux dimensions corporelles des faits sociaux.

Du côté des films, je recommande l’expérience de visionnage du documentaire expérimental Donna Haraway: Story Telling for Earthly Survival (Fabrizio Terranova, 2018) pour l’immense ouverture théorique qu’apporte cette chercheuse et celles et ceux qui s’en inspirent. Elle aussi cherche à pluraliser les récits, à donner à voir les manières dont on habite les corps et les espaces.

Sur les thématiques spécifiques du RT19 je recommande le podcast de Charlotte Bienaimé sur Arte Radio consacré aux corps indociles : « Féminismes et handicaps ». Il est accessible ici : https://www.arteradio.com/son/61661891/feminismes_et_handicaps_les_corps_indociles_19


Romain Juston Morival

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Rouen Normandie (Laboratoire DySoLab-IRIHS) et chercheur affilié au Centre d'études de l'emploi et du travail (CEET / Cnam)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search