Portrait de Christine Hamelin

Pouvez- vous vous présenter aux membres du réseau ?

Je suis maîtresse de conférence en sociologie à l’université de Versailles/Saint-Quentin et chercheuse au laboratoire Printemps (professions, institutions, temporalités).  J’ai intégré l’UVSQ en 2011 après avoir été plusieurs années contractuelle à l’INSERM et vacataire dans différentes facs. J’enseigne à la fois à des étudiantes et étudiants des filières de santé et de la filière sociologie, ce qui m’offre un double regard sur la manière d’enseigner la sociologie.

Sur quoi avez-vous principalement travaillé ? Quels sont vos chantiers actuels ?

Mes travaux de recherche ont pour point commun l’étude des rapports de genre et des articulations entre genre et santé. J’ai notamment réalisé, en collaboration avec Christine Salomon, l’Enquête sur les Violences à l’Encontre des Femmes en Nouvelle-Calédonie, à partir de laquelle j’ai développé dans  ma thèse une analyse sociologique du retentissement des violences subies dans l’enfance par les femmes kanakes sur différentes dimensions de leur santé à l’âge adulte.  J’ai aussi  pris part, il y a quelques années aux côtés de France Lert et de Rosemary Dray Spira, à l’étude collective INSERM-ANRS/Vespa 2 sur les conditions de vie et la santé des personnes séropositives en France, aux Antilles, en Guyane et à l’Ile de la Réunion. Je me suis plus particulièrement intéressée à l’étude des rapports de domination liés au genre , mais aussi la sexualité et à l’orientation sexuelle, aux origines ethniques et communautaires et à la position socio-économique et administrative dans l’expérience de la maladie chronique. 

Cette année, je suis en délégation à l’INED, ce qui me permet d’avoir du temps pour avancer sur mes recherches. Je  fais partie de l’équipe SoGenre (SOcialisation de GEnre avant l’âge de trois ans)  dans laquelle j’étudie plus spécifiquement la socialisation corporelle et à la santé dans la petite enfance. Cette recherche collective, dirigée par Olivia Samuel, réunit des sociologues et des démographes. On travaille à partir d’entretiens auprès de parents et à partir des données de l’enquête ELFE.

Ma seconde recherche se fait en collaboration avec l’équipe VIRAGE-OM pour Violences et Rapports de Genre dans les Outre-Mer, dirigée par Stéphanie Condon à l’INED.  Mes analyses se concentrent sur l’étude de la révélation des violences subies et des effets de cette révélation sur la santé et la vie sociale des victimes.

Enfin, depuis l’été 2019, je participe à une recherche qui porte sur les Conditions d’exercice et la santé mentale des médecins généralistes et se centre sur les formes et les déterminants de sorties du métier. Cette recherche, sous la responsabilité de Sandrine Garcia, vise à étudier les effets de l’évolution des conditions de travail des médecins généralistes sur leur santé mentale, en milieu urbain populaire et en milieu rural défavorisé, en tenant compte notamment des caractéristiques de genre des médecins et des patient.e.s.

Qu’est-ce qui vous a motivé à rejoindre le bureau du RT19 et quels sont vos projets pour le réseau ?

Pour moi, l’idée d’un collectif de travail et plus généralement le travail en collaboration est quelque chose de très important. J’avais envie de m’impliquer dans un collectif de recherche sur la santé, et de participer notamment  à faire valoir la prise en compte du genre dans ce domaine.  L’état d’esprit et le travail réalisé par les membres du  RT 19 depuis de nombreuses années m’ont semblé aussi très stimulants et m’ont donné envie de les rejoindre.

Une lecture favorite ou un film à recommander aux lecteurs et lectrices du carnet ?

Je conseille l’ouvrage Violences et rapports de genre. Enquête sur les violences de genre en France, sous la direction d’Elizabeth Brown, d’Alice Debauche, de Christelle Hamel e Magali Mazuy (Ined éditions). Cet ouvrage collectif traite des différentes dimensions des violences vécues par les femmes et les hommes en France, y compris en lien avec la santé, à partir des données de l’enquête VIRAGE menée en 2015 .

J’ai lu récemment le livre de Bibia PAVARDFlorence ROCHEFORT et Michelle ZANCARINI-FOURNEL,  Ne nous libérez pas, on s’en charge  Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours. C’est un ouvrage très riche et passionnant sur l’histoire du féminisme en France.

 Je conseille aussi une série de petits films très accessibles, réalisés par l’Inserm et  destinés à éveiller notre vigilance sur les préjugés liés au genre en matière de santé et de recherche biomédicale : « Genre et Santé : attention aux clichés ! »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search