Appels à projet, communication et article autour de la pandémie (mises à jour constantes)

Cet article liste les appels à projet, communication et article autour de la pandémie de Covid19 qui sont portés à la connaissance des membres du RT19.

Appel à contributions

ESA RN16 – Newsletter n. 2 – Special Issue The challenges of COVID-19: global health and inequality

Appel à projet et manifestation d’intérêt

COVID-19 / PCN SHS

SC1-PHE-CORONAVIRUS-2020-2C – Behavioural, social and economic impacts of the outbreak response: https://ec.europa.eu/info/funding-tenders/opportunities/portal/screen/opportunities/topic-details/sc1-phe-coronavirus-2020-2c

SC1-PHE-CORONAVIRUS-2020-2A – Repurposing of manufacturing for vital medical supplies and equipment: https://ec.europa.eu/info/funding-tenders/opportunities/portal/screen/opportunities/topic-details/sc1-phe-coronavirus-2020-2a

SC1-PHE-CORONAVIRUS-2020-2B – Medical technologies, Digital tools and Artificial Intelligence (AI) analytics to improve surveillance and care at high Technology Readiness Levels (TRL): https://ec.europa.eu/info/funding-tenders/opportunities/portal/screen/opportunities/topic-details/sc1-phe-coronavirus-2020-2b

SC1-PHE-CORONAVIRUS-2020-2D – Pan-European COVID-19 cohorts: https://ec.europa.eu/info/funding-tenders/opportunities/portal/screen/opportunities/topic-details/sc1-phe-coronavirus-2020-2d

SC1-PHE-CORONAVIRUS-2020-2E – Networking of existing EU and international cohorts of relevance to COVID-19: https://ec.europa.eu/info/funding-tenders/opportunities/portal/screen/opportunities/topic-details/sc1-phe-coronavirus-2020-2e

ANR RA-Covid-19

Afin de s’adapter à la situation évolutive et pour permettre à de nouveaux projets d’être déposés et évalués selon les mêmes modalités, un nouvel appel RA-Covid-19 dédié à des travaux de recherche court terme (3-12 mois) sera ouvert dès le 15 avril en continu jusqu’au 28 octobre 2020 (date susceptible d’être prolongée en fonction de l’évolution de la crise sanitaire). Dans la continuité de l’appel Flash, ce nouvel appel vise à recueillir toutes les propositions de projets de type « Recherche-Action » (RA), à savoir des projets urgents et rapides dont les résultats pourraient être implémentés en quelques mois dans la société.

Les thématiques concernées sont notamment :

· les mesures de prévention ;

· les traitements, incluant les vaccins ;

· les tests grande échelle ;

· les études de seroprévalence ;

· les rebonds épidémiologiques ;

· les stratégies de déconfinement et leur mise en œuvre ;

· la sortie de crise au niveau sanitaire, économique, environnemental, des relations interpersonnelles, ou des changements sociaux et impacts économiques ;

· les initiatives One Health (« une seule santé ») d’approche intégrée, systémique et unifiée de la santé publique, animale et environnementale…

Ce dispositif vient en complémentarité de l’action du Comité analyse, recherche et expertise (CARE) qui pour vocation à examiner « des idées, des actions, des innovations dans tous les domaines, pouvant avoir un impact rapide sur la situation et que les proposants sont en capacité de mener, au moins dans leur première phase, avec les moyens dont ils disposent ». Un dispositif lancé par le MESRI qui assure la cohérence des actions.

Commission Européenne

La Commission Européenne vient de publier un appel à projets consacré à l’impact comportemental, social et économique des réponses à la pandémie de COVID-19 dans le cadre du défi sociétal « Santé, évolution démographique et bien-être » du programme Horizon 2020.

Périmètre de l’appel : Les projets proposés devront se focaliser sur les leçons apprises : Ils devront i) s’intéresser aux moyens permettant d’atténuer l’impact social et économique des réponses à la pandémie en lien avec les systèmes de santé. ii) identifier les conséquences non attendues des décisions prises pour contrôler l’épidémie; et iii) fournir des réponses aux dynamiques sociales de la pandémie, notamment celles liées au genre, et à la réponse des politiques de santé publique. Les projets proposés devront analyser les effets et l’efficacité de ces réponses (y compris des facteurs de résilience), de la gouvernance démocratique, de la coopération multi-niveaux, des contraintes et des nombreuses stratégies de sortie, leurs méthodologies de fond et leurs adaptations régionales. Les projets proposés devront développer des recommandations et des bonnes pratiques novatrices, et mettre en œuvre des interventions pour atténuer l’impact et contribuer au bien-être des citoyens.  Les porteurs de projet sont plus spécifiquement encouragés à intégrer plusieurs disciplines relevant du domaine médical et des sciences humaines et sociales, dont l’anthropologie, la psychologie, la sociologie, l’épidémiologie, la science de l’application (implementation science), le journalisme et la communication, les sciences économiques et politiques ainsi que la recherche sur le genre et la recherche multidisciplinaire afin de traiter des dimensions interconnectées suivantes : – Analyse et comparaison des réponses à la pandémie à travers l’Europe et de leur impact sur les comportements humains et les dynamiques sociales dans différentes régions et pays, en prenant en compte leurs structures sociétales et culturelles, le niveau de préparation et la résilience de leurs systèmes de santé, les densités de population, les groupes de population à risque, le climat, la pollution, parmi d’autres facteurs. Les propositions de projet sont encouragées à développer des orientations pour les schémas comportementaux en lien avec la santé afin d’influer de manière positive sur l’adhésion aux conseils sur les comportements à adopter et d’empêcher la désinformation entraînant le recours dangereux à l’auto-médication et, par anticipation, à lutter contre l’hésitation possible quant au futur vaccin.   – Santé mentale et inégalités de santé : les propositions de projets devront traiter de l’impact des réponses à la pandémie sur la santé mentale, à court et à long terme, par exemple du confinement et de l’isolation sociale, du temps passé à l’intérieur, de la consommation répétée des médias et des technologies et des problèmes d’équilibre vie privée/vie professionnelle ou scolaire. Ces propositions devront aussi traiter de l’amplification potentielle des inégalités de santé touchant de nombreux groupes de personnes vulnérables. Cela peut concerner les travailleurs de santé en première ligne (dont une majorité sont des femme), elles ont en effet pu faire face à des questionnements éthiques, à des conditions de travail difficiles et à des situation de stress traumatique. Les propositions pourront également se concentrer spécifiquement sur l’impact sur la santé mentale et les inégalités de santé pour les personnes âgées ou d’autres groupes d’âge, sur les personnes souffrant de conditions pré-existantes ou de comorbidité ou bien encore ceux souffrant de conditions socio-économiques précaires (ex : migrant.e.s, personnes sans domicile fixe ou sans emploi).  

Impact attendu : – Améliorer la résilience, le bien-être et la santé mentale de la population, des travailleurs de première ligne et, en particulier, des groupes les plus vulnérables et d’atténuer les inégalités de santé pendant et après la pandémie. – Contribuer à une meilleure compréhension de l’impact, de l’efficacité, de la préparation et des réponses du secteur de la santé publique (contrôle) qui ont été mis en place à différents niveaux de gouvernance dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 en termes d’acceptabilité, d’adoption, de pertinence, de faisabilité, d’exactitude, de coût de mise en œuvre, de couverture, de durabilité des diagnostics, de gestion cliniques des patients et des personnes guéries du SARS-CoV-2, ainsi que des travailleurs et des communautés en première ligne. – Préparer un bilan global de l’impact social, économique et politique de l’épidémie et des réponses mises en œuvre et proposer et déployer des mesures politiques factuelles (bonnes pratiques et méthodologies transférables) et d’autres initiatives visant à améliorer la résilience et la capacité d’adaptation de la société et de l’industrie et à soutenir la mise à disposition de technologies et d’outils critiques (pendant et après le confinement) qui accélèrent et facilitent le retour à la normale des systèmes d’urgences médicales. – Contribuer à la préparation et à une réponse globale des systèmes de santé publics dans le contexte des épidémies actuelle et futures. – Fournir aux autorités de santé des recommandations globales pour des interventions de santé publique complémentaires et pour soutenir la mise en œuvre d’actions visant à atténuer ou gérer les conséquences des politiques actuelles et à mieux adapter les stratégies de gestion des stratégies de gestion des futures pandémies (ex : confinement). – Générer des résultats à destination des utilisateurs finaux dans les 3 à 36 mois à l’échelle. Le budget des projets proposés pourra être compris entre 4 et 10 millions d’euros. La date limite de candidature est fixé au 11 Juin 2020.

Appel à candidature

Dans le cadre du projet de recherche SAPRIS (Santé, Pratiques, Relations et Inégalités Sociales), l’Iris recrute un chercheur contractuel. lire en ligne « Les inégalités sociales de santé face au Covid19 »

L’équipe « Recherches en Éthique et Épistémologie » (Université Paris-Saclay, INSERM U1018 CESP), en partenariat avec l’Observatoire COVID, éthique et société de l’Espace de Réflexion Éthique de la région Ile-de-France, coordonne le projet de recherche ANR COVID-ETHICS (mai 2010 – nov 2021). Dans ce cadre, est publiée une offre de post-doctorat pour la rentrée 2020 (sept-oct) sur une durée de 12 mois (contact : Léo Coutellec)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search